Destination

Pacifique Sud

Destination Vanuatu Paradise logo
29ème édition
        2019

10

 

 

 

Population, culture

et coutumes

 

Depuis l’époque des explorateurs, les habitants
sont restés profondément attachés à leur culture.
La nature est toujours aussi généreuse.
Au Vanuatu, indépendant depuis juillet 1980,
rien ne semble avoir bougé, ou presque...

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 

10

 

 

Population

Estimée à +260 000 habitants, la population du Vanuatu est en majorité mélanésienne et à 84 % catholique.
Les deux tiers sont répartis dans les quatre îles principales : Éfaté, Santo, Mallicolo et Tanna.
Une population très jeune, puisque 45 % des habitants ont moins de 15 ans.

Culture et coutume

Les îles de la Mélanésie ont toujours constitué des terres de migration depuis l’Asie vers le Pacifique. Dans ce courant migratoire, le Vanuatu occupe une place centrale. Rythmée par des cycles immuables de rites et de célébrations, la culture ancestrale est toujours très vivante. 

 

Mais plus qu’un certain nombre de traditions, il s’agit bien d’un vrai mode de vie influant sur chaque pensée et conditionnant chaque geste du quotidien.
Au coeur de cette culture, la coutume régit la vie sociale, elle favorise le respect et le maintien de la loi au sein de la communauté. Les querelles peuvent ainsi être résolues de façon pacifique, par l'échange de cochons et de nattes. On retrouve la force de la coutume à chaque événement important – mariage, funérailles, circoncision, passage de grade. Chants et danses y sont incontournables. Si les habitants s’attachent à perpétuer les traditions pour que les générations futures puissent elles aussi vivre en paix et en harmonie, ces traditions ont forcément évolué avec le temps. Un exemple, le nakamal, « la maison des hommes » où l’on sert le kava, s’ouvre de plus en plus aux femmes.

Vêtements traditionnels

Le « nambas », ou étui pénien, porté par l’homme, est fabriqué avec l’écorce ou les feuilles du pandanus. La femme, elle, est vêtue d’une jupe faite de feuilles, de nattes tressées ou de fibres de bourao. À ces tenues de base, et en fonction des cérémonies, s’ajoutent des masques (parfois en fougères arborescentes et terre cuite), des coiffures et des parures.

 

Artisanat

Différent d’île en île, l’artisanat est resté très riche au Vanuatu. Il traduit, dans une large mesure, la vie ancestrale, à travers des objets d’usage courant ou utilisés lors des cérémonies coutumières. Les artisans confectionnent ainsi des plats en bois, en forme de tortues,
d'oiseaux ou de poissons stylisés, dédiés à la préparation des aliments. Ils fabriquent aussi des pilons, des couteaux, des casse-têtes, des lances ou des arcs. La plupart des sculptures représentent des visages humains.
Présente partout autrefois, la poterie ne se rencontre plus aujourd’hui que sur la partie Ouest de Santo. Les femmes utilisent leurs genoux pour mouler la terre cuite, l’arrondir et lui donner une forme de bol.
La vannerie, elle, est toujours très répandue, les femmes fabriquant des nattes, des sacs ou des paniers à partir de feuilles de pandanus et de cocotier ou de tiges de bourao.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Population, culture

et coutumes

Depuis l’époque des explorateurs, les habitants sont restés profondément attachés à leur culture.
La nature est toujours aussi généreuse. Au Vanuatu, indépendant depuis juillet 1980, rien ne semble avoir bougé, ou presque...

Population

Estimée à +260 000 habitants, la population du Vanuatu est en majorité mélanésienne et à 84 % catholique.
Les deux tiers sont répartis dans les quatre îles principales : Éfaté, Santo, Mallicolo et Tanna.
Une population très jeune, puisque 45 % des habitants ont moins de 15 ans.

Culture et coutume

Les îles de la Mélanésie ont toujours constitué des terres de migration depuis l’Asie vers le Pacifique. Dans ce courant migratoire, le Vanuatu occupe une place centrale. Rythmée par des cycles immuables de rites et de célébrations, la culture ancestrale est toujours très vivante. 
Mais plus qu’un certain nombre de traditions, il s’agit bien d’un vrai mode de vie influant sur chaque pensée et conditionnant chaque geste du quotidien.
Au coeur de cette culture, la coutume régit la vie sociale, elle favorise le respect et le maintien de la loi au sein de la communauté. Les querelles peuvent ainsi être résolues de façon pacifique, par l'échange de cochons et de nattes. On retrouve la force de la coutume à chaque événement important – mariage, funérailles, circoncision, passage de grade. Chants et danses y sont incontournables. Si les habitants s’attachent à perpétuer les traditions pour que les générations futures puissent elles aussi vivre en paix et en harmonie, ces traditions ont forcément évolué avec le temps. Un exemple, le nakamal, « la maison des hommes » où l’on sert le kava, s’ouvre de plus en plus aux femmes.

Vêtements traditionnels

Le « nambas », ou étui pénien, porté par l’homme, est fabriqué avec l’écorce ou les feuilles du pandanus. La femme, elle, est vêtue d’une jupe faite de feuilles, de nattes tressées ou de fibres de bourao. À ces tenues de base, et en fonction des cérémonies, s’ajoutent des masques (parfois en fougères arborescentes et terre cuite), des coiffures et des parures.

Artisanat

Différent d’île en île, l’artisanat est resté très riche au Vanuatu. Il traduit, dans une large mesure, la vie ancestrale, à travers des objets d’usage courant ou utilisés lors des cérémonies coutumières. Les artisans confectionnent ainsi des plats en bois, en forme de tortues,
d'oiseaux ou de poissons stylisés, dédiés à la préparation des aliments. Ils fabriquent aussi des pilons, des couteaux, des casse-têtes, des lances ou des arcs. La plupart des sculptures représentent des visages humains.
Présente partout autrefois, la poterie ne se rencontre plus aujourd’hui que sur la partie Ouest de Santo. Les femmes utilisent leurs genoux pour mouler la terre cuite, l’arrondir et lui donner une forme de bol.
La vannerie, elle, est toujours très répandue, les femmes fabriquant des nattes, des sacs ou des paniers à partir de feuilles de pandanus et de cocotier ou de tiges de bourao.